international editions

Σοκάκια και κατάλευκα σπίτια
Δίπλα-δίπλα οι αυλές, τα παράθυρα κι οι καρδιές.
Περπατήστε στα σοκάκια των χωριών και απολαύστε την απλότητα των γραμμών και των χρωμάτων.
Χρώμα στο χρώμα
Όλα δείχνουν διαφορετικά στο λευκό
Παντού λουλούδια, χρώματα κι αρώματα!
Εκτυφλωτικό λευκό
Εκεί, που ο ήλιος χαρίζει απλόχερα το φως του
Αγροτικές εργασίες
Κάποιες ασχολίες παραμένουν παραδοσιακές
Σε πείσμα της εξέλιξης, κερδίζουν τις εντυπώσεις!

Monuments de l’architecture populaire

Ici l’art a su interférer avec les activités quotidiennes des Pariens et il est devenu un mode de vie qui a permis de créer des monuments de l’architecture populaire. Les demeures toutes blanches dans les villages, les rues étroites, pavées de plaques d’ardoise locale chaulées, ce matériau que l’on appelle ici « psaroplaka » (ψαρόπλακα), les églises aux toits inclinés des deux côtés et aux clochers en marbre, la réutilisation des marbres antiques dans les travaux de maçonnerie pour construire les habitations et le crépissage soigné sont les principales caractéristiques de l’architecture traditionnelle à Paros.
Les habitations : les maisons en milieu rural sont des ensembles autonomes complexes, constitués de bâtiments cubiques. L’économie de l’espace et l’esthétique se marient harmonieusement, avec le four, le pigeonnier, le pressoir, l’aire de battage et l’étable pour les animaux de la ferme. Les matériaux de construction utilisés sont la pierre, la chaux, la terre argileuse, le roseau et les algues.
Les moulins à vent : ils sont disséminés sur toute la surface des collines de Paros, battues par les vents. Ils se dressent comme de fiers témoins du passé, mais constituent aussi des monuments significatifs de l’art populaire. Ils étaient utilisés pour moudre le froment et d’autres céréales.
Les moulins hydrauliques : des eaux courantes fraîches les alimentaient.
Norias : L’on a pu conserver de nombreux puits avec leur chapelet hydraulique qui autrefois était mu par des mulets et des ânes, et qui ramenait l’eau à la surface.
Puits et citernes : pour irriguer les cultures et abreuver les animaux.
Aires de battage en pierre : c’est ici que grâce aux animaux avait lieu le battage des récoltes.
Pressoirs à raisin : il s’agit d’un autre dispositif pour transformer les produits du terroir vinicole.
Pressoirs à huile : les hommes et les animaux faisaient tourner la grande meule en forme de cône et ainsi écrasaient-ils les olives. De nos jours fonctionnent des pressoirs à huile modernes.
Pigeonniers : Le grand poète grec moderne Odysséas Elytis les appelaient : « vertu quadrangulaire » (« Αρετή με τις τέσσερις γωνίες » - « Areti me tis tesseris gonies ».
Les terrasses de culture (cf. les « restanques » de Basse Provence – en Grèce « Πεζούλες » - « Pezoules »): Construites par des hommes passionnés par leur terre à flanc de montagne, elles réussissent avec leurs murs de pierres sèches à retenir la maigre terre fertile et les eaux pluviales.
Murs de pierres sèches : Fabriqués à partir de roches de la région, marbre, ardoise et roches volcaniques issues de coulées de lave anciennes, ils étaient construits pour empêcher le passage du bétail d’un champ à l’autre, mais aussi pour borner les propriétés. Ils constituent chacun un biotope où trouvent leur habitat les fameux lézards égéens endémiques, d’autres reptiles, mais aussi les escargots.

Evénements

« December 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
 

Suggestions