international editions

Αγία Καλή
Το νησάκι στο κέντρο του κόλπου της Νάουσας. Σκέτη φωτογραφία!
Ακρωτήριο Κόρακας
Στο βορεινό άκρο του νησιού, μετά τον Άγιο ΓΙάννη το Δέτη. Ο φάρος αγναντεύει αγέρωχα τη θάλασσα!
Ζωοδόχος Πηγή, Λάγγερη
Καθαρά, ρηχά, υπέροχα, κρυστάλλινα νερά.

Naousa

Sainte Église de la Dormition de la Vierge (Ιερός ναός Κοιμήσεως της Θεοτόκου – Ieros Naos Koimiseos tis Theotokou)
Il s’agit, en ordre de rang, de la troisième plus grande église de Paros. C’est l’église métropolite de Naousa. Bâtie sur une hauteur dominant la petite ville et offrant une jolie vue, elle se distingue par ses deux grands clochers intégrés et son fronton au-dessus du portail central. C’est une basilique à nef unique, avec une coupole couverte de tuiles et un petit narthex qui fut construit au XIXème siècle, là où préexistait une église plus ancienne.
Elle possède une grande cour plantée de pins et seize marches de marbre mènent vers le portail central. Vous remarquerez plus particulièrement à l’intérieur l’iconostase en marbre ciselé, œuvre de Dimitrios Lyritis, sculpteur sur marbre originaire de l’île de Tinos, et les icônes revêtues d’argent de la Sainte-Vierge et de la Dormition de la Vierge.
Sainte Église de la Sainte-Vierge souveraine mère (Ιερός ναός Παναγίας Παντάνασσας – Ieros naos Panagias Pantanassas)
Chapelle de Theoskepasti à Protoria (Θεοσκέπαστη στα Πρωτόρια – Theoskepasti sta Protoria)
Petite chapelle d’un style sobre, située près de Kravgas, au lieu-dit Protoria ou Praitoria. Elle est de forme cubique, avec un toit plat auquel l’on peut accéder par un escalier et avec une petite croix au-dessus de l’entrée. Il existe une petite cour à l’extérieur.
Saint-Nicolas (Άγιος Νικόλαος – Agios Nikolaos) dans le petit port
Église bâtie à l’entrée du petit port de Naousa, avec vue sur le château vénitien. Il s’agit d’une petite basilique à nef unique, avec clocher intégré à arceau unique, situé au-dessus d’un autre bâtiment en une seule partie. Le fait que devant l’église même viennent accoster de petites barques de pêcheurs constitue une scène très couleur locale qui permet d’avoir une autre vision du petit port.
Monastère de Saint-André (Μοναστήρι Αγ. Ανδρέα – Monastiri Agiou Andrea), datant de 1648 après J.C.
Il est réputé constituer l’une des curiosités de l’art sacré qui sont les plus intéressantes à Paros, en raison de l’emplacement auquel il est construit et de son architecture. Il fut bâti en 1648, tandis que son catholicon fut achevé en 1711. Pour arriver jusqu’ici, vous devrez partir de Naousa en direction du sud-ouest, en tournant à gauche depuis la route reliant Naousa à Paroikia. Globalement, ce monastère n’est distant du port de Naousa que de trois kilomètres seulement.
Depuis l’extérieur, nous avons l’impression qu’il s’agit d’une forteresse. Le sanctuaire de la nef est limité par l’un des murs de cette forteresse. Il s’agit d’une église en plan en croix avec coupole. L’on pourra remarquer à l’intérieur de l’église l’iconostase en bois sculpté et le trône épiscopal. Les icônes réalisées par des peintres de l’époque sont intéressantes. Il s’agit aujourd’hui d’une propriété privée.
Monastère de Saint-Jean le Théologien (XVIèmesiècle) (Μοναστήρι Αγίου Ιωάννη του Θεολόγου – Monastiri Agiou Ioanni tou Theologou)
Il se trouve au lieu-dit Kravgas, à quatre kilomètres de l’agglomération de Naousa. La plupart des bâtiments du vieux monastère sont tombés en ruines et seule est resté debout le catholicon, une basilique à double nef encore en bon état. Le parvis couvert et la cour ont pu être conservés. Certaines des cellules monastiques sont actuellement reconstruites aux frais du propriétaire actuel du monastère.
L’église possède un clocher intégré à arceau unique, la première nef est consacrée à Saint-Jean le Théologien et la seconde à Saint-Jean le Précurseur ou le Prodrome. L’ensemble des bâtiments du monastère a été classé monument historique.
Monastère de Saint-Jean Detis au cap Korakas (Μοναστήρι Αγίου Ιωάννη του Δέτη στο ακρωτήριο Κόρακας – Monastiri Agiou Ioanni tou Deti sto Akrotirio Korakas)
Très beau monastère, bâtu juste au-dessus de la mer, dans la zone où est implanté le Parc environnemental de Paros, à quelques kilomètres au nord-ouest de Naousa.
Le bâtiment initial, qui était celui d’une église et non pas d’un monastère, fut construit au XVIème siècle, puis évolua sous la forme du monastère actuel à partir de 1806, ainsi que le mentionne une inscription dans le catholicon du monastère. Ce dernier fut déserté en 1833 sur ordre du Roi Othon de Grèce indépendante depuis peu. La majeure partie des travaux de restauration des bâtiments du monastère fut menée à partir de 1964, lorsque la peintre néerlandaise Gisèle d’Ailly s’y installa et ce, jusqu’en 1982.
Sa dénomination « Detis » (Δέτης) est très vraisembablement liée à l’amarrage (το δέσιμο – to desimo) des navires dans la baie qui offrait une protection absolue contre les vents, ou à la capacité de Saint-Jean à l’action de « δένω » (deno) en grec, c’est-à-dire à soigner le paludisme qui fit rage dans l’île à partir du XVIIIème siècle.
Une grande fête populaire a lieu ici le 29 août de chaque année.
Saint-Georges (Άγιος Γεώργιος – Agios Georgios) domine Naousa de sa hauteur
Saint-Phanure à Ampelas (Άγιος Φανούριος στον Αμπελά – Agios Fanourios ston Ampela)

Evénements

« July 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 

Suggestions